Posts Tagged ‘Varsovie

« Madame Veuve Paul Bonopéra », sa belle-soeur Marguerite Bonopéra, sa nièce Augustine, et la famille des Morand de la Genevraye, à Orléansville

10fév

En creusant un peu la composition de la famille orléansvilloise des Bonopéra, à partir du mariage d’une des demoiselles Confex _ j’ignore toujours son prénom : elle a bien su demeurer fort discrète ! Sœur, nous l’avons vu, de cette autre imposante orléansvilloise, « Mme Vve Wachter, née Confex« … _ avec Paul Bonopéra, qui allait faire de cette « Madame Bonopéra« , à partir du 19 janvier 1916 « Madame Veuve Paul Bonopéra« ,

il a bien sûr fallu que je commence à m’intéresser à quelques tenants et aboutissants de cette famille Bonopéra, à partir de leur installation à Miliana, en 1846 _ lors de la déclaration de naissance (l’enfant est né le 16 décembre 1845, à Blida) à la mairie de Blida du petit Michel Bonopéra, par la sage-femme, le père de l’enfant, absent (il se trouve à Miliana) est déclaré s’appeler Juan-Dionis-Francisco Bonopéra, et être « maître-tailleur » de profession. Or, le 3 février 1846, c’est cette fois à Miliana que le père du petit Michel Bonopéra, déclarant s’appeler Jean Bonopéra, être âgé de 31 ans et « restaurateur » de profession, et domicilié maintenant à Miliana, qui vient déclarer le décès de son petit Michel, à l’âge de 45 jours.

Tous les événements de cette famille de Jean Bonopéra, au moins jusqu’à la naissance du petit Paul Bonopéra le 1er octobre 1856, auront lieu désormais en cette ville de Miliana. Lors de la naissance à Miliana le 1er février 1847 de la petite Hyacinthe Bonopéra, le père déclare s’appeler Jean-Dionis-François Bonopéra, et être « débitant de boissons«  ; le 19 août 1848, venant déclarer à la mairie le décès de sa petite Hyacinthe, le père déclare s’appeler Jean Bonopéra et être « limonadier«  de profession…

Quant à cette date (1er octobre 1856) et ce lieu de naissance (Miliana) de Paul Bonopéra, c’est sur le site des naturalisations françaises ayant eu lieu en Algérie (ce fut en février 1889 pour le cas de ce Paul Bonopéra) que je l’ai appris...

Et j’ai bientôt découvert l’existence d’une Marguerite Bonopéra _ que j’ai fini par comprendre être la sœur aînée de ce Paul Bonopéra _, native, comme ses divers frères et sœurs Bonopéra désormais, à partir de 1847, de Miliana _ Marguerite Bonopéra est née, elle, à Miliana le 22 janvier 1849 ; son père a déclaré ce jour là s’appeler Jean Bonopéra, être âgé de 34 ans, et de profession « débitant«  _ ;

et que celle-ci, Marguerite, avait eu d’abord une enfant hors-mariage, Augustine _ née, peut-être, au mois de janvier 1866 (ou en 1867) ; c’est difficile à confirmer _ de celui qui allait devenir maire _ par intérim, d’abord, de juillet 1883 au 15 mai 1884 ; puis, élu, le 3 janvier 1904 ; et réélu en mai 1904 _ d’Orléansville, je veux parler d’Auguste Morand de la Genevray (Varsovie _ lieu de naissance, déjà de sa mère, Marie-Scholastique Mayrot, en 1826 (son père, Alphonse-Laurent-Auguste Morand de la Genevraye était né à Paris le le 6 avril 1821 _, 11 septembre 1844 – Orléansville, 25 mai 1904). Avant d’avoir trois autres enfants, trois fils : Alphonse-Jean (Orléansville, 7 juin 1872 – Orléansville, 19 mars 1922) ; Jules-Charles (Orléansville, 16 juin 1881 – ?) ; et Georges Morand de la Genevraye (Orléansville, 21 février 1888 – Orléansville, 7 octobre 1935) _ « Mme Vve Paul Bonopéra mère« , toujours en vie à cette date, étant de la liste des faisant-part dde ce Georges, le plus jeune des trois fils de sa défunte belle-sœur Marguerite Bonopéra…

Je remarque aussi, au passage, que si Marie-Scholastique Mayrot est décédée à Aïn-Tedeles le 26 août 1860, son époux, devenu veuf, est décédé à Miliana le 17 décembre 1876.

J’ai relevé aussi que le 16 août 1859, lors de la présentation à la mairie de Aïn-Tedeles de son fils Charles-Auguste-Jules, né la veille, son père, Alphonse-Laurent-Auguste Morand de la Genevraye, 38 ans, s’est déclaré « aubergiste – propriétaire« …

AlphonseLaurent-Auguste l’était-il aussi à l’heure de son décès, le 17 décembre 1876 à Miliana ?.. 

À suivre…

Ce mercredi 10 février 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Ecouter et regarder Frans Brüggen diriger en concert, à Varsovie, le 26 février 2011, les pianistes Kevin Kenner et Janusz Olejniczak, dans les deux Concertos pour piano et orchestre de Fryderyk Chopin ; ainsi que Nelson Goerner…

16sept

Un coffret de deux DVDs Glossa « Fryderyk Chopin The works for piano and orchestra » (GVD 921114),

paru en 2011,

nous offre l’intégrale de la musique pour piano et orchestre de Frédéric Chopin ;

Frand Brüggen dirigeant, à la Philharmonie de Varsovie, son Orchestre du XVIIIe siècle.

Aux Concertos en mi mineur opus 11,

et en fa mineur opus 21,

interprétés, au piano, par Kevin Kenner et par Janusz Olejnicza,

sur un piano Erard de 1849,

s’ajoutent d’autres œuvres pour piano et orchestre de Frédéric Chopin,

avec, cette fois, le grand Nelson Goerner :

l’Andante spianato & Grande Polonaise brillante en mi bemol majeur, opus 22,

le Rondo à la krakowiak en fa majeur opus 14,

et les Variations sur La ci darem la mano du Don Giovanni de Mozart, opus 2.

Le résultat est proprement merveilleux !

Ce mercredi 16 septembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Suite des fruits discographiques du centenaire, en 2019, de la naissance, en 1919, de Mieczyslaw Weinberg : ses Quatuors n° 14 et 15

16juil

L’anniversaire de la naissance du compositeur Mieczyslaw Weinberg

(Varsovie, 8 décembre 1919 – Moscou, 26 février 1996)

continue de produire, en cette année 2020,

une abondante passionnante moisson discographique :

ainsi ce jour, sur le site Res Musica,

Patrice Imbaud chronique pour nous,

sous le titre « le Silesian Quartet joue Mieczyslaw Weinberg« ,

un CD Accord

comportant les Quatuors n° 14 et 15 de ce compositeur,

ainsi que la cantate de chambre Les trois Palmiers,

par le Silesian Quartet, et la soprano Joanna Freszel…

Voici cet article :

Le Silesian Quartet joue Mieczysław Weinberg

 

Ce jeudi 16 juillet 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : la merveille du magique parfait Chopin (1810-1849) de la parfaite Tatiana Shebanova (1953-2011) sur un piano Erard de 1849

20juin

Jusqu’ici, pas encore de Chopin dans mes « Musiques de joie »…

D’urgence il me faut réparer pareille injustice !

Et illico presto me voici en quête de la magnifique série des CDs enregistrés par et pour le Narodowy Instytut Fryderyka Chopina, de Varsovie,

en vue des célébrations du bi-centenaire, en 2010, de la naissance, en 1810, de Frédéric Chopin

(Zelazowa Wola, 1er mars 1810 – Paris, 17 octobre 1849) ;

et, parmi ces 20 CDs

_ et le 21éme de ces éditions est lui encore sous les doigts de la même (parfaite !) interprète ! _,

les 4 CDs _ ou plutôt les 5 : les CDS NIFCCD n° 005, 007, 0017, 0018 et 0021  _ sous les doigts justissimes de la très regrettée merveilleuse _ c’est une fée ! _ Tatiana Shebanova

(Moscou, 12 janvier 1953 – Varsovie, 1er mars 2011) ;

et sur un splendide piano Erard de 1849

_ écoutez-en la différence ! _,

conservé au Narodowy Instytut Fryderyka Chopina, à Varsovie.

Ensuite, il me reste à faire un choix entre ces 5 CDs Chopin de Tatiana Shebanova enregistrés tout spécialement pour cet anniversaire

_ l’artiste avait aussi enregistré une intégrale du piano de Chopin, en 10 CDs, pour la marque Dux :

je parle ici du coffret Dux 0650, paru en 2009.

Pour être le plus pleinement fidèle à mon critère de la joie,

j’opte donc pour le CD NIFCCD 005,

enregistré les 19 et 20 mai 2007,

qui comporte 14 Valses _ op. 18, op. 34 n° 1, 2 et 3, op. 42, op. 64 n° 1, 2 et 3, op. 69, n° 1 et 2, op. 70 n° 1, 2 et 3, et la sans numéro WN 29 _les 3 Écossaises op. 72, la Barcarolle op. 60, et la Berceuse op.57.

Et voici le podcast

de la Grande Valse brillante en mi bémol majeur, op. 18, composée en 1831.

La joie que donne la musique de Chopin est unique entre toutes !

Et cette extraordinaire fée qu’est Tatiana Shebanova

est elle aussi une interprète merveilleusement unique de Chopin !!!

Écoutez-la !!!

C’est pour l’éternité.

Ce samedi 20 juin 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Découvrir un compositeur (polonais) et son oeuvre (de musique religieuse) : Bartlomiej Pekiel (1601 – 1670)

13fév

L’intéressant et original producteur discographique polonais Dux

nous propose un triple album _ riche donc ! _,

dit ,

de l’œuvre essentiellement religieux

_ constitué de Messes et Motets _

du compositeur polonais du XVIIe siècle Bartlomej Pekiel (1601 – 1670),

par l’ensemble Octava,

sous la direction artistique de Zygmunt Magiera.

C’est, bien sûr, une découverte musicale _ aussi belle qu’intéressante _,

même si la Pologne d’alors

n’était certes pas à l’écart des grands courants musicaux européens,

notamment catholiques italiens.

Voici une présentation de ce travail musical, par l’éditeur :

Les albums de l’ensemble Octava publiés par le label polonais DUX consacrés à Bartlomiej Pekiel (1601 – 1670) paraissent aujourd’hui sous la forme d’un coffret de trois CDs, en l’occurrence l’intégrale des vingt-neuf pièces religieuses qui subsistent de ce compositeur. Pekiel est l’une des grandes figures de la musique polonaise du dix-septième siècle, servant la dynastie des Vasa (1567 – 1668 : les rois Sigismond III, Ladislas IV, roi de 1632 à 1648, et Jean II Casimir, roi de 1648 à 1668) _ une période faste de l’histoire de la Pologne. De 1633 à 1655, Bartlomiej Pekiel fut assistant de l’italien Marco Scacchi (Gallese, près de Viterbe, 1602 – Gallese, 7 septembre 1662) _ voilà _ à la cour de Varsovie, avant de devenir lui-même maître de chapelle, puis s’installa dès 1657 à Cracovie où il officia au même poste de maître de chapelle. Son style polychoral imite le stile concertato italien, en vigueur à Venise _ à Saint-Marc _ avec Gabrieli _ Giovanni Gabrieli, Venise, 1557 – Venise, 12 août 1612) _, où chœurs et instruments se répondent _ de tribune à tribune _ ; mais Pekiel se singularise par sa façon de varier son style d’écriture, sa polyphonie fluide et économe, toujours soutenue par un verbe incarné, un lyrisme et une couleur harmonique originaux. Ses deux messes les plus célèbres, la Missa Concertata La Lombardesca et la Missa a 14 avec double chœur accompagnés d’un ensemble instrumental comportant violons, bois et sacqueboutes, écrites dans le stile moderno, évoquent dans leur magnificence Claudio Monteverdi (Crémone, 15 mai 1567 – Venise, 29 novembre 1643). La très belle collection de motets fait plutôt appel à la monodie et répond à un autre versant de l’influence du crémonais, notamment les opéras et les madrigaux. Écoutez le fiévreux dialogue de l’Audite Mortales _ la plage 10 du troisième CD. Si l’ultime Missa Pulcherrima (1669) à quatre voix dénote un retour à Giovanni Pierluigi da Palestrina (Palestrina, ca 1525 – Rome, 2 février 1594), ce retour se fait en élaguant les parties vocales pour n’en retenir que le suc, lui conférant ainsi la pureté délicate du diamant. La fugue, seule pièce instrumentale du coffret _ la dernière plage du second CD _, rappelle que Pekiel fut d’abord organiste. Cet Opéra Omnia dans l’interprétation exemplaire de l’ensemble Octava (respect du texte, musicalité), fait désormais figure de référence.

(Jérôme Angouillant)

Á découvrir !

Ce mercredi 13 février, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur