Posts Tagged ‘bonheur

Musiques de joie : la sérénité heureuse des Suites françaises, de Johann-Sebastian Bach, pour sa jeune épouse Anna-Magdalena, à Coethen, en 1722

25mai

C’est probablement pour aider sa jeune épouse

_ leur mariage eut lieu à Köthen le 3 décembre 1721 ; Johann-Sebastian Bach avait perdu sa première épouse, Maria-Barbara Bach (Gehren, 20 octobre 1684 – Köthen, juillet 1720), un an et demi auparavant… _,

Anna-Magdalena Wilcke (1701 – 1760)

à se faire les doigts,

et, bien sûr, plus encore le style adéquat, en toutes les subtilités de sa relative complexité,

au clavier,

 

elle qui était d’abord une bonne cantatrice

_ les cinq premières de ces Suites sont en effet notées dans le manuscrit de l’important Petit Cahier dit d’Anna-Magdalena Bach _,

que Johann-Sebastian Bach (1685 – 1750) composa,

pour celle-ci, à Köthen, en 1722,

ses paisibles et alertes _ heureuses ! _ admirables  Suites françaises

_ qualifiées ainsi très postérieurement à leur composition de 1722 :

en 1762, par le compositeur et musicologue Friedrich Wilhelm Marpurg (Altmärkische Wische, 21 novembre 1718 – Berlin, 22 mai 1795) ; puis, à sa suite, en 1802, par Johann-Nikolaus Forkel (Meeder, 22 février 1749 – Göttingen, 20 mars 1818) en sa célèbre et marquante Vie de Johann-Sebastian Bach ;

mais en 1754, en sa Nécrologie de Bach, Lorenz Christoph Mizler (Heidenheim, 26 juillet 1711 – Varsovie, 8 mai 1778), qui fut aussi le premier à avoir enseigné l’histoire de la musique en une université allemande (celle de Leipzig, entre 1736 et 1743), avait simplement répertorié, parmi les manuscrits de partition laissés par Bach, les Suites dites plus tard Suites anglaises (parce que se trouve, ajoutée sur la partition, l’annotation, peut-être de la main même de Bach, « Suites pour les anglois« ) ; ainsi que ces Suites-ci, tout simplement ainsi :

« 11. 6 suites de clavecin ;

12. 6 autres suites, de même, mais plus brèves » ;

ainsi, dans les enregistrements de Christophe Rousset pour Ambroisie, en février 2003, puis février 2004,

les durées de ces Suites, sont-elles respectivement de 126′ 23 pour les Suites anglaises, et de 95′ 50 pour les Suites françaises… ;

on notera encore, au passage, que, au moment de ses études à l’université de Leipzig, de 1731 à 1734, Lorenz Christoph Mizler avait été l’élève de Bach…

Pour goûter, à l’écoute discographique, toute la finesse de ces Suites

dites ainsi françaises _ depuis Marpurg, en 1762 ; puis Forkel, en 1802 _,

j’ai choisi l’interprétation merveilleuse, alerte et toute de délicatesse _ pure de toute mièvrerie et maniérismes _, de l’excellent Christophe Rousset,

sur un superbe clavecin signé Johannes Ruckers, daté de 1632 et 1745,

restauré en 1987 par Reinhard von Nagel ;

et conservé au Musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel ;

dans le double album Ambroisie AMB 9960,

enregistré en ce Musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel au mois de février 2004 ;

avec une somptueuse prise de son de Jiri Hegel,

sous la supervisée artistique de Nicolas Bartholomée, le producteur d’Ambroisie.

En émane la paix bienfaisante d’une sérénité lumineuse…

En voici, à écouter, la Suite n°1

Ce lundi 25 mai 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : et le radieux Magnificat de Johann-Sebastian Bach, une oeuvre de grâce et d’espérance ; par Jonathan Cohen et Archangelo, ou bien Philippe Pierlot et le Ricercar Concert…

13avr

Et le radieux Magnificat de Johann-Sebastian Bach

_ BWV 243 _,

que je me souviens d’avoir entendu pour la première fois en un concert

donné à la cathédrale Saint-André, à Bordeaux, dans les années 80 du siècle dernier,

peut-être par les Arts Florissants…

Mon impression jubilatoire est demeurée à jamais fixée en ma mémoire.

Même la nuit, au sortir de ce concert et de la cathédrale,

me semblait transfigurée,

clémente…

Pour écouter en CD cette œuvre de grâce _ mariale _

et espérance,

et après écoutes de plusieurs versions 

_ dont Harnoncourt en 1984 (Teldec), Herreweghe en 1990 (Harmonia Mundi), Lionel Meunier et Vox Luminis en 2017 (Alpha) _,

deux interprétations s’imposent à mon goût

par leur alliance justissime de radiance heureuse et de vivacité :

celle de Philippe Pierlot avec le Ricercar Consort,

soit le CD Mirare MIR 102,

en 2009 ;

et celle de Jonathan Cohen avec son Ensemble Arcangelo,

soit le CD Hyperion CDA 68157,

en 2015.

L’œuvre a été composée à Leipzig à l’occasion de Vêpres de Noël…

Ce lundi 13 avril 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie (encore !) : Domenico Scarlatti, forcément ; et par Pierre Hantaï, bien sûr !

18mar

En matière de musiques de joie,

le champion des champions est

bien sûr

Domenico Scarlatti,

dont les 550 et quelques Sonates pour clavier,

toutes prestes et sans la moindre lourdeur, jamais (!),

enchanteront toujours

en leur crépitement merveilleux de quelques minutes !

Quelle superbe politesse _ au passage _ du compositeur !

Et mon choix d’interprétation

se porte immédiatement

sur les 6 CDs _ jusqu’à présent, chez Mirare _ de l’admirable Pierre Hantaï,

qui a tout compris de cette musique prodigieuse !

Le coffret Mirare MIR 273 de 50 Sonates pour clavecin _ paru en 2014 _

rassemble les trois premiers CDs Scarlatti de Pierre Hantaï _ parus en 2002, 2003 et 2004.

Le volume Scarlatti 4, de 17 Sonates _ le CD Mirare 285 ;  cf mon article du 30 avril 2016 : _, est paru en 2016 _ 12 ans après le volume 3 paru en 2004 ! _ ;

le volume Scarlatti 5, de 16 Sonates _ le CD Mirare 326 ; cf mon article du 9 avril 2018 : … _, est paru en 2017 ;

et le volume Scarlatti 6, de 17 Sonates _ le CD Mirare 422 ; cf mon article du 13 septembre 2019 :  _, est paru en 2019.

Après,

c’est tout simplement le comble de l’embarras du choix

mirifique

_ le bonheur à portée de l’oreille ! Une joie diaprée infiniment variée… _

parmi les 100 Sonates (18 + 16 + 16 +17 + 16 + 17)

de Domenico Scarlatti (1685 – 1757)

dont nous a gratifiés jusqu’ici au CD

Pierre Hantaï le magnifique !

Chaque nouvelle parution est donc profondément méditée

par l’infiniment exigeant et scrupuleux Pierre Hantaï…

Ce mercredi 18 mars 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Epatante Angela Hewitt, cette fois dans les 6 Partitas de Bach (BWV 825 à 830)

15déc

Longtemps,

un imbécile préjugé _ de je ne sais quelle provenance _

m’a fait vilainement considérer Angela Hewitt, pianiste canadienne _ née à Ottawa le 26 juillet 1958 _,

comme une sorte de sous-disciple du pianiste, canadien lui aussi, Glenn Gould _ Toronto, 25 septembre 1932 – Toronto , 4 octobre 1982.

Jusqu’au jour où j’ai véritablement écouté un de ses CDs,

probablement une interprétation de Bach,

peut-être même les Variations Goldberg.

Une interprétation tout à fait jouissive

_ alors que j’exècre Glenn Gould !!! L’imposture incarnée…

Même si je continue de préférer Bach au clavecin,

et probablement d’abord par l’ami Pierre Hantaï…

Mais Hewitt procure un très grand plaisir d’écoute,

sans maniérisme, ni affèterie aucune ;

mais beaucoup d’élan vital.

Elle est dans la jubilation.

Nouveau déclic : ses deux CDs Domenico Scarlatti _ un de mes compositeurs fétiches.

Et à nouveau, très grands plaisirs de la suivre l’écouter jouer :

de nouveau les mêmes qualités motoriques,

et de souplesse jubilatoire.

Et là encore même si je place ici encore au pinacle les CDs Scarlatti/Pierre Hantaï au clavecin :

tout simplement _ superlativement _ géniaux.


Et aujourd’hui, voici le double CD Hyperion _ Hyperion CDA 68271/2 _ des 6 Partitas de Bach BWV 825 à 830.

Et Angela est de nouveau au rendez-vous parfait de la jubilation

confortable _ et surtout ne rien y voir de péjoratif ! _

pour ce nouveau grand volume Bach au piano.

Nous sommes dans de l’apollinien _ et pas du dionysiaque…

A conseiller pour l’auto-radio d’un un peu long parcours en voiture :

vous aurez l’impression d’un parfait accompagnement de jubilation,

comme si votre véhicule vous transportait, sinon au paradis sur un tapis volant,

du moins vers un lieu de vacances parfaitement ensoleillé et joyeux :

heureux.

Sans trop vous poser de questions.

Telle une évidence tranquillement dynamique

et dynamisante.

Angela Hewitt, ou une amie de la meilleure compagnie musicale qui soit.

Très hautement recommandable, donc,

pour le moins.


Ce dimanche 15 décembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

La splendeur jouissive de Georg-Philipp Telemann chambriste : le superbe CD « Chameleon »

09juin

Georg-Philipp Telelemann (1681 – 1767)

n’est pas un musicien mystique ;

mais c’est un chambriste absolument merveilleux !

qui ne déçoit jamais…

L’homme lui-même était un généreux.

Et hédoniste.

Á preuve,

la splendeur jouissive que vient nous offrir le magnifique CD Ramée RAM 1904

du New Collegium

intitulé Chameleon ;

et très justement sous-titré « Chamber Music in changing colours ».

C’est parfaitement justifié

pour le plaisir-bonheur de nos oreilles

et du goût.



Ce dimanche 9 juin 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur