Posts Tagged ‘Domenico Scarlatti

Musiques de joie : la merveille absolue et irrésistible des Sonatas de Manuel Blasco de Nebra, par Josep Colom

10avr

Passer de Carl Philipp Emanuel Bach

(Weimar, 8 mars 1714 – Hambourg, 14 décembre 1788)

à Manuel Blasco de Nebra

(Séville, 2 mai 1730, ou 50 ? – Séville, 12 septembre 1784)

n’a rien, musicalement, d’incongru

_ cf cet article de Pablo J. Vayon dans le Diario de Sevilla du 24 Avril 2010, en commentaire du CD Manuel Blasco de Nebra de Javier Perianes : « Más cercana a la música galante de un Carl Philipp Emanuel Bach que a la de un Scarlatti, del que sin duda toma también buena nota, las Sonatas de Blasco se dividen en dos tiempos (lento-rápido) y juegan ya con principios formales y armónicos (la tensión tónica-dominante) característicos del Clasicismo, mientras que las Pastorelas añaden un minueto como tercer movimiento. Josep Colom grabó ya una supuesta integral del compositor (Etnos) y recientemente, después de trabajos con instrumentos antiguos de Tony Millán (Almaviva) y Carole Cerasi (Metronome), Pedro Casals (Naxos) y el sevillano Pedro Piquero (Columna Música) han iniciado otras integrales« … _ ;

non plus que d’associer la musique de ses Sonatas (en 2 mouvements)

à celles des 555 Sonatas (en 2 mouvements, elles aussi) de son contemporain, aussi, mais en Espagne, lui,

Domenico Scarlatti

(Naples, 26 octobre 1685 – Madrid, 23 juillet 1757).

Manuel Blaso de Nebra : un Domenico Scarlatti un peu pacifié…

Il se trouve que ma découverte sur mon auto-radio un matin que je me rendais à mon travail, en 1995,

de cette musique absolument fascinante,

étrange

et singulière aussi _ de quel compositeur pouvait-elle bien être le fruit, me demandais-je, en conduisant en l’écoutant se dérouler : Scarlatti ? Boccherini ? CPE Bach ? Haydn ? Mozart ? Mendelssohn ?.. Non, c’était encore tout autre chose !.. _ ;

d’autant que je n’ai pas réussi à bien saisir, non plus, le nom de son auteur,

mentionné rapidement à la fin du morceau par le présentateur de l’émission de France-Musique

_ en tout cas pas un compositeur connu de moi jusqu’alors… ; et probablement un espagnol, m’a-t-il semblé aux sonorités entr’aperçues… _,

m’a conduit,

encore fasciné et très intrigué par cette si étrangement belle musique,

une fois de retour chez moi,

à rechercher quelle avait été la programmation de ce matin-là sur France-Musique ;

et c’est alors que j’ai découvert ce nom de Manuel Blasco de Nebra ;

ainsi que le nom de son merveilleux interprète,

sur ce CD Mandala 4847 (distribué par Harmonia Mundi) :

le pianiste catalan Josep Colom

_ Josep Colom est né à Barcelone le 11 janvier 1847, et il a 73 ans ; Josep Colom est aussi le plus bel interprète, avec Federico Mompou en personne, de l’œuvre si extraordinaire de Mompou (Barcelone, 16 avril 1893 – Barcelone, 30 juin 1987) : cf le coffret Mandala de 4 CDs Monpou L’Œuvre pour piano par Josep Colom… Et écoutez s’il vous plaît sa Musica callada

Et tout un chacun peut en juger sur you tube,

qui met en ligne de quoi écouter l’intégralité de ce magique CD de 6 Sonates (57′ 58) et de 2 Pastorelas (14′ 46)

de Manuel Blasco de Nebra interprétées par Josep Colom

_ et lui seul ! Nul ne l’ayant égalé !!! Et certainement pas le sur-évalué Javier Perianes, ni l’insupportable de maniérismes Arkadi Volodos…

Le rayon disques de la librairie Mollat s’est bien sûr procuré tout aussitôt, en 1995,

ce CD Mandala 4847 Manuel Blasco de Nebra Obras para tecla / Josep Colom, piano.

Et durant les longues années que ce CD a continué d’être disponible et distribué _ par Harmonia Mundi _,

la Librairie Mollat a été le meilleur vendeur en France de ce magique CD :

car dès que ce CD magique passait sur la platine du magasin,

nul auditeur ne pouvait lui résister, et le commandait illico presto !

Une musique de pleine joie !!!

Un pur enchantement  !

Ce vendredi 10 avril 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie (encore !) : Domenico Scarlatti, forcément ; et par Pierre Hantaï, bien sûr !

18mar

En matière de musiques de joie,

le champion des champions est

bien sûr

Domenico Scarlatti,

dont les 550 et quelques Sonates pour clavier,

toutes prestes et sans la moindre lourdeur, jamais (!),

enchanteront toujours

en leur crépitement merveilleux de quelques minutes !

Quelle superbe politesse _ au passage _ du compositeur !

Et mon choix d’interprétation

se porte immédiatement

sur les 6 CDs _ jusqu’à présent, chez Mirare _ de l’admirable Pierre Hantaï,

qui a tout compris de cette musique prodigieuse !

Le coffret Mirare MIR 273 de 50 Sonates pour clavecin _ paru en 2014 _

rassemble les trois premiers CDs Scarlatti de Pierre Hantaï _ parus en 2002, 2003 et 2004.

Le volume Scarlatti 4, de 17 Sonates _ le CD Mirare 285 ;  cf mon article du 30 avril 2016 : _, est paru en 2016 _ 12 ans après le volume 3 paru en 2004 ! _ ;

le volume Scarlatti 5, de 16 Sonates _ le CD Mirare 326 ; cf mon article du 9 avril 2018 : … _, est paru en 2017 ;

et le volume Scarlatti 6, de 17 Sonates _ le CD Mirare 422 ; cf mon article du 13 septembre 2019 :  _, est paru en 2019.

Après,

c’est tout simplement le comble de l’embarras du choix

mirifique

_ le bonheur à portée de l’oreille ! Une joie diaprée infiniment variée… _

parmi les 100 Sonates (18 + 16 + 16 +17 + 16 + 17)

de Domenico Scarlatti (1685 – 1757)

dont nous a gratifiés jusqu’ici au CD

Pierre Hantaï le magnifique !

Chaque nouvelle parution est donc profondément méditée

par l’infiniment exigeant et scrupuleux Pierre Hantaï…

Ce mercredi 18 mars 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Interpréter Domenico Scarlatti : Pierre Hantai et Lilian Gordis…

06jan

Domenico Scarlatti

met à coup sûr en joie.

Sur le site de Res Musica,

voici ce jour un bien intéressant article de Maciej Chiżyński,

intitulé L’eau et le feu

à propos de deux récents CDs que j’ai personnellement déjà chroniqués il y a quelque temps,

le 13 septembre dernier :  ;

et le 15 juin précédent :

L’eau et le feu ou les Scarlatti interprétés par Pierre Hantaï et Lillian Gordis

À chacun de se faire un avis.

Ce lundi 6 janvier 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

 

Epatante Angela Hewitt, cette fois dans les 6 Partitas de Bach (BWV 825 à 830)

15déc

Longtemps,

un imbécile préjugé _ de je ne sais quelle provenance _

m’a fait vilainement considérer Angela Hewitt, pianiste canadienne _ née à Ottawa le 26 juillet 1958 _,

comme une sorte de sous-disciple du pianiste, canadien lui aussi, Glenn Gould _ Toronto, 25 septembre 1932 – Toronto , 4 octobre 1982.

Jusqu’au jour où j’ai véritablement écouté un de ses CDs,

probablement une interprétation de Bach,

peut-être même les Variations Goldberg.

Une interprétation tout à fait jouissive

_ alors que j’exècre Glenn Gould !!! L’imposture incarnée…

Même si je continue de préférer Bach au clavecin,

et probablement d’abord par l’ami Pierre Hantaï…

Mais Hewitt procure un très grand plaisir d’écoute,

sans maniérisme, ni affèterie aucune ;

mais beaucoup d’élan vital.

Elle est dans la jubilation.

Nouveau déclic : ses deux CDs Domenico Scarlatti _ un de mes compositeurs fétiches.

Et à nouveau, très grands plaisirs de la suivre l’écouter jouer :

de nouveau les mêmes qualités motoriques,

et de souplesse jubilatoire.

Et là encore même si je place ici encore au pinacle les CDs Scarlatti/Pierre Hantaï au clavecin :

tout simplement _ superlativement _ géniaux.


Et aujourd’hui, voici le double CD Hyperion _ Hyperion CDA 68271/2 _ des 6 Partitas de Bach BWV 825 à 830.

Et Angela est de nouveau au rendez-vous parfait de la jubilation

confortable _ et surtout ne rien y voir de péjoratif ! _

pour ce nouveau grand volume Bach au piano.

Nous sommes dans de l’apollinien _ et pas du dionysiaque…

A conseiller pour l’auto-radio d’un un peu long parcours en voiture :

vous aurez l’impression d’un parfait accompagnement de jubilation,

comme si votre véhicule vous transportait, sinon au paradis sur un tapis volant,

du moins vers un lieu de vacances parfaitement ensoleillé et joyeux :

heureux.

Sans trop vous poser de questions.

Telle une évidence tranquillement dynamique

et dynamisante.

Angela Hewitt, ou une amie de la meilleure compagnie musicale qui soit.

Très hautement recommandable, donc,

pour le moins.


Ce dimanche 15 décembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Les Scarlatti de Lucas Debargue : une exploration des infinies surprises d’un génie musical unique

10oct

Domenico Scarlatti (1685 – 1757) est un génie phénoménal de la musique

_ dont les enregistrements discographiques mériteraient d’être remboursés par la Sécurité sociale !… _ ;

et Lucas Debargue est un jeune pianiste à la puissante personnalité.

Ce dernier publie chez Sony un splendide coffret de 4 CDs de 52 Sonatas de Domenico Scarlatti

_ le coffret Sony 19075944462 _

interprétées sur un piano Bösendorfer 280 VC ;

dont l’écoute, hyperstimulante

_ et sans la moindre agressivité, ni maniérisme _,

est rien moins que passionnante.

Le livret de ce coffret

est aussi riche d’informations précieuses et nouvelles

que le livret du récent Scarlatti, Sonates / 6 de Pierre Hantaï, au clavecin

_ cf mon article du 13 septembre dernier : _

En son tout premier CD Lucas Debargue Scarlatti Chopin Liszt Ravel

_ le CD Sony 88875192982, paru en 2016 _,

le jeune Lucas Debargue avait commencé son récital par quatre Sonatas de Domenico Scarlatti

_ les Sonatas K208, K24, K132 et K141 _,

et l’avait conclu par un Variation Scarlatti/Debargue sur la Sonata K208 de Scarlatti.


Mais à l’écoute,

ces interprétations de Domenico Scarlatti de 2016

crèvent d’une outrance juvénile et maniérée difficilement supportable aujourd’hui !

_ l‘excès était aussi ce qui caractérisait le tout premier CD Scarlatti de Pierre Hantaï,

dont les interprétations des 5 CDs suivants, en place, sont proprement géniales…

Le coffret Scarlatti 52 Sonatas de Lucas Debargue qui paraît aujourd’hui

est, lui, d’une magnifique justesse !

Tout est désormais en place !

dans la jubilation de la création

tant de la composition du compositeur

que l’interprétation de l’interprète…


Sans jamais la moindre pesanteur,

ni répétition !

Mais toujours la jubilation de la surprise !!!

Quelle vie en cette formidable musique !


Ce jeudi 10 octobre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur